Le secteur burkinabè du tourisme tient la route malgré le contexte de crise sécuritaire que traverse le pays. Au cours de l’année 2018, le secteur du tourisme a affiché un bilan globalement satisfaisant bien que les arrivées d’Asie, d’Europe et des Amériques connaissent un certain ralentissement.

Le pays a enregistré 540 390 touristes en 2018 contre 512 493 en 2017, soit une hausse des arrivées de 5,4%. Les recettes générées par le secteur du tourisme se sont établies à 69, 4 milliards de FCFA en 2018 contre 67,4 milliards de FCFA en 2017, soit une croissance de 3,0%.

Globalement le secteur du tourisme se porte bien.

Capacité d’accueil des établissements touristiques d’hébergement

Le bilan 2018 ressort un effectif total de 728 établissements touristiques d’hébergement recensés sur l’ensemble du pays contre 693 en 2017, soit 35 établissements supplémentaires. Les auberges sont les plus nombreuses (42,2%), suivis des hôtels avec (34,5%). Pour ce qui est des campings, relais touristiques, pensions et motels, ils représentent moins de 2% des établissements touristiques d’hébergements.

L’offre globale en termes de capacité d’accueil est de 12 900 chambres pour 25 300 places-lits en 2018 contre 11 000 chambres pour 22 000 places-lits en 2017.

L’offre en termes de capacité d’hébergement est bien en hausse du fait de l’entrée de nouveaux acteurs courant l’année 2018.

Nombre de nuitées enregistrées en 2018

La demande d’hébergement au titre de l’année 2018 s’est établie à 1 070 599 nuitées contre 1 039 181 en 2017, soit accroissement de 3,0%.

Deux variables expliquent l’accroissement de la demande en nuitées constatée courant l’année 2018.

D’une part on constate un rebond du tourisme interne dont la demande induite est estimée à 57,6% de la demande globale en nuitées.

D’autre part on relève une plus grande fréquentation des touristes provenant d’Afrique et des burkinabè résidents à l’extérieure dont les demandes en nuitées ont affiché respectivement une augmentation de 9,4% et 121,9% par rapport à l’année 2017.

Bien qu’elles soient la locomotive de l’industrie hôtelière au Burkina Faso, les établissements touristiques d’hébergement de luxe n’ont produit que 18,1% du nombre total de nuitées en 2018.

Pour ce qui est de la durée moyenne de séjour, elle est de 1,9 nuitée en 2018 contre 2,03 nuitées en 2017, soit en baisse de 2,4%.

Recettes engrangées par les établissements touristiques d’hébergement en 2018

Les recettes générées par l’ensemble des établissements touristiques d’hébergements se sont établies à 53,4 milliards de FCFA en 2018 contre 51,92 milliards de FCFA en 2017, soit une hausse de 2,8%.

Environ 70% des recettes desdits établissements est généré par le service d’hébergement et seulement 21% pour le service restauration. Pour ce qui est du service « Bar », les recettes générées connaissent une forte dégringolade due au ralentissement des arrivées d’Asie, d’Europe et des Amériques.

Au Burkina Faso, les établissements touristiques d’hébergement de luxe (4* et 5*) sont la locomotive l’industrie hôtelière. Courant l’année 2018, ils ont généré 44% des recettes globales des établissements touristiques d’hébergement.

La dépense moyenne journalière par touriste n’a pas connu de variation significative. Elle s’est établie à 49 864 FCFA en 2018 à 49 965 FCFA en 2017.

Au Burkina Faso, le secteur du tourisme demeure dynamique malgré la crise sécuritaire que traverse le pays depuis 2014. Le regain d’intérêt pour le tourisme interne a permis de combler le gap créé par la baisse des arrivées de touristes d’Asie, d’Europe et des Amériques.

En dehors des sites touristiques dont les visites ont fortement dégringolé du fait de l’insécurité dans certaines zones, toutes les filières du secteur du tourisme affichent de bonnes tendances.

BAMBIO Z. François, pour investir au Burkina

Source : Observatoire national du tourisme – Tableau de bord des statistiques du tourisme, éditions 2017 et 2018.

X

Right Click

No right click