Off Canvas sidebar is empty
- Publicité -

Pisciculture : un business lucratif, en plein devenir au Burkina Faso

La production domestique par la pêche de capture au Burkina Faso était de 29 750 tonnes en 2020 pour un besoin annuel de plus de 100 000 tonnes.

Sur la période 2016-2020, la production nationale de poissons a augmenté de 8,26% par an. Si la même tendance se maintient le pays ne produira que 100 000 tonnes de poissons à l’horizon 2036 pour un besoin estimé à plus de 200 000 tonnes étant donné l’accroissement de la population qui est passé de 14,2 millions d’habitants en 2007 à plus de 20 millions en 2019.

Le manque à gagner est énorme et, pour l’heure, plus de 80% de la consommation de poissons reste couverte par les importations dont la facture totale s’élève à 13,7 milliards de F.CFA en 2021, un record jamais atteint.

Lire aussi : Burkina Faso : les importations de poissons frais ont coûté un montant record de 13,7 milliards de F.CFA en 2021

La non disponibilité du poisson domestique est imputable à la stagnation de la production de la pêche de capture. La pisciculture s’affiche comme la dernière alternative pour réduire les écarts croissants entre l’offre et la demande de poissons.

La pisciculture est une activité qui intéresse de plus en plus les Burkinabè. Il existe déjà plusieurs dizaines de fermes piscicoles dans la zone périurbaine de Ouagadougou (Ziniaré, Loumbila, Koubri, Bazéga, Saponé, Pabré, Zagtouli, Gonsin, Komsilga, Kokologo ect..). Ces dernières années la pisciculture hors sol à domicile est une activité en pleine émergence dans la ville de Ouagadougou. Il est possible de produire plus de 1000 poissons sur un bac qui n’occupe que 1m2 de superficie.

Les espèces de poissons élevés au Burkina Faso sont essentiellement les tilapias (carpes) et les silures (poissons-chats), avec une prédominance de l’élevage de silures dont la performance de croissance est plus élevée. Le silure a une chaire plus charnue et est moins exigeante par rapport à la qualité et à la quantité de l’eau.

Marché du poisson au Burkina Faso

Le marché du poisson au Burkina Faso jouit d’un potentiel énorme. Les ménages, les poissonneries, les entreprises de commercialisation de poissons frais en gros et demi-gros, les restaurants et les hôtels sont les principaux consommateurs. Les pénuries de poissons sont fréquentes dans les poissonneries et sur le marché.

Le poisson d’eau douce et particulièrement le Tilapia est un produit très prisé au Burkina Faso et en particulier dans les centres urbains, mais son offre est encore très largement en deçà de la demande qui ne fait d’ailleurs que croitre.

En somme, le marché de poisson est très intéressant et en croissance avec des prix fortement rémunérateurs : à Ouagadougou, le Tilapia se vend entre 1750 et 2000 francs le kilogramme selon la période de l’année et les circonstances. En général, les cargaisons de poissons finissent aussitôt qu’ils sont débarquées dans les poissonneries.

La production d’alevins est une niche de marché qui est hautement rentable vue la croissance de l’activité. Le prix des alevins oscille entre 100 et 150 F.CFA/l’unité. Certains producteurs burkinabè produisent jusqu’à 100 000 alevins dans l’année.

La pisciculture, une activité rentable malgré quelques difficultés

Dans un élevage de poissons, en six mois, un alevin peut devenir un poisson ayant 300 grammes ou plus. Si l’on dispose d’alevins de bonne souche, la rentabilité est très rapide.

La pisciculture est un business très rentable au Burkina Faso malgré les difficultés à surmonter. Le minimum à réunir pour se lancer dans la pisciculture est d’avoir l’eau, des infrastructures et des équipements adéquats (bassins, bacs, pompes etc).

En milieu urbain, l’eau est un facteur assez limitant pour la pisciculture hors sol. Dans l’eau servie par l’ONEA, il y a du chlore qu’il faut d’abord filtrer. Etant donné la cherté de l’eau distribué par l’ONEA, l’idéal est faire creuser son propre forage qui peut coûter jusqu’à 2 millions de F.CFA.

La question des aliments de poissons est une autre équation. La nutrition des poissons est fonction du stade de croissance. Au Burkina Faso, il existe des producteurs d’aliments de poissons mais en termes de qualité, certains pisciculteurs préfèrent la nourriture de poissons importée qui revient chère. De nos jours il existe sur le marché plusieurs marques d’aliments importés performants qui permettent au poisson d’atteindre 400 grammes en moyenne, juste en 4 mois d’élevage.

Il faut également prendre en compte la faible disponibilité des alevins qui constitue un défi majeur pour le développement de la pisciculture au Burkina Faso. Le laboratoire d’aquaculture de l’Université Nazi Boni de Bobo Dioulasso, dont la production était insuffisante pour couvrir les besoins des promoteurs de la seule région des Hauts bassins, était le seul véritable site fonctionnel de production de larves de silure de 10 grammes. Malgré l’entrée dans la filière de producteurs d’alevins, l’offre globale d’alevins reste toujours en deçà de la demande des pisciculteurs. La non disponibilité d’alevins est imputable au nombre très insuffisant d’écloseries modernes fonctionnelles dans le pays.

En dépit des difficultés, la pisciculture est une activité en plein devenir au Burkina Faso. C’est un marché à plusieurs niches : les producteurs d’alevins de 10 g, les grossisseurs de poissons, les fabricants de matériels et machines de pisciculture (bassins, bas, pompes etc.), les producteurs et vendeurs d’aliments de poissons, les transformateurs (séchage de silures, rôtisseurs etc.).

Le potentiel du marché du poisson au Burkina Faso est énorme. La consommation nationale de poissons étant couverte à plus de 80% par les importations, le gap à combler est énorme. Investir dans la pisciculture au Burkina Faso est une bonne opportunité d’affaires et une source certaine de revenus.

Passionné du Web, à la fois Economiste et Conseiller en Gestion des Ressources humaines, monsieur BAMBIO est le fondateur de investirauburkina.net qu’il administre et anime, en collaboration avec des contributeurs, depuis février 2007.
Plus de détails sur Monsieur BAMBIO

Investir au Burkina

Magazine burkinabè
de l'information
économique sectorielle
Tél. : (00226) 05803095
direction.bf@investirauburkina.net

A propos

Burkina Faso

Newsletter

Soyez informé (e) de nos prochaines publications