fbpx

Le Burkina Faso compte six (6) cimenteries depuis 2014, avec une production annuelle totale de 6.700.000 tonnes de ciment pour une demande nationale annuelle de 3.000.000 de tonnes.

Toutes les cimenteries sont concentrées dans les deux premières villes du pays, quatre (4) à Ouagadougou et deux (2) à Bobo-Dioulasso.

Au titre des emplois directes, l'industrie du ciment au Burkina emploie plus de 15.000 salariés.

L’association des cimentiers du Burkina (ACB), créée en aout 2016 est une organisation professionnelle qui rassemble les industriels du ciment. L'ACB est un interlocuteur auprès des autorités burkinabè pour l’amélioration des conditions de travail, la promotion et la protection des activités industrielles des cimentiers.

Les cimentiers burkinabè sont principalement confrontés à des problèmes d’importation de la matière première notamment le calcaire et à la surproduction, toute chose les contraignant à réduire leur production. Selon le président de l’ACB l’industrie du ciment au Burkina Faso ne fonctionne qu’à 50% de leurs capacités de production.

Pour ce qui est des prix pratiqués, au lieu de se livrer une guerre des prix, les producteurs burkinabè de ciment, réunis au sein de l'ACB, font front commun et pratiquent quasiment les mêmes prix.

Prix du ciment à Ouagadougou en 2020 (prix HTVA en Francs CFA)

Désignation

Quantité

Minimum

Moyen

Maximum

Ciment blanc

Tonne

200.000

226.670

250.000

Ciment blanc

Sac de 50 kg

10.000

11.330

12.500

Ciment CPA 45

Tonne

115.000

121.670

130.000

Ciment CPA 45

Sac de 50 kg

5.750

6.080

6.500

Ciment CPJ 35

Tonne

107.500

112.500

120.000

Ciment CPJ 35

Sac de 50 kg

5.380

5.630

6.000

Malgré l’étroitesse du marché local, les perspectives restent favorables. L’or gris burkinabè continue d’attire les investisseurs. 19 ans après l’implantation de Diamond Cement, premier groupe étranger à s’implanter au Burkina en rachetant le groupe Cimat, tombé en faillite en 2002, le marché national connaît une exacerbation de la concurrence.  La construction d’une 7ème cimenterie est d’ailleurs en cours et devrait être opérationnelle en 2022.

L’urbanisation galopante et le développement du secteur du BTP sont des tremplins pour le marché du ciment au Burkina Faso. On estime à 10 millions de tonnes la consommation nationale annuelle de ciment à l’horizon 2030.

Face à cette demande locale qui croît lentement, les cimentiers burkinabè exportent le surplus de ciment vers la sous-région. Selon les statistiques du commerce extérieur produites par l’institut national de statistique et de la démographie (INSD), la quantité totale de ciment hydraulique exportée par le pays a presque triplé sur les 5 dernières années, passant de 28 892 tonnes en 2014 à 77 815 tonnes en 2019.

Pour booster la filière carrière et matériaux, les autorités burkinabè prévoient un plan d’industrialisation accélérée. Selon les premiers responsables du ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, des travaux techniques sont déjà en cours.

Source du tableau des prix: Autorité de régulation de la commande publique (ARCOP)

BAMBIO Z. François

X

Right Click

No right click