fbpx

Au Burkina Faso, le beurre de karité non raffiné artisanal est produit par les groupements et associations féminines transformatrices de karité et vendu sur le marché national, pour de nombreux usages dont la fabrication de produits cosmétiques made-in-Burkina.

Le beurre de karité est très faiblement absorbé dans les grandes villes où l'on l’utilise surtout pendant la période d’harmattan. Il est cependant utilisé de plus en plus comme ingrédient dans la fabrication de produits cosmétiques made-in-Burkina (crèmes, pommades, huiles, savons, etc.).

C’est un marché de niche pour l’heure étroit mais en plein devenir. Quelques marques de cosmétiques made-in-Burkina à base de beurre de karité sont déjà connues sur le marché national.

Les cosmétiques made-in-Burkina

Les cosmétiques made-in-Burkina à base de beurre de karité sont de plus en plus présentés dans les alimentations, dans les foires et expositions au Burkina Faso et dans la sous-région. Bien qu'en dehors de ces espaces, ces produits soient livrés à travers des circuits informels, ils constituent un marché de niche dans la sous-région et à l’international.

La demande nationale de cosmétiques made-in-Burkina reste cependant limitée du fait des préjugés des citadins. Pour l’heure les « produits de soins corporels » faits à base du beurre de karité sont faiblement mis en rayon. Les supermarchés et les pharmacies qui pourraient être de gros revendeurs sont encore peu convaincus par la qualité de ces produits qui sont le plus souvent fabriqués sans norme et avec peu de professionnalisme.

Les atouts des cosmétiques made-in Burkina à base du beurre de karité non raffiné artisanal sont indéniablement leur qualité bio et surtout leur origine qui est bien connue, toute chose qui lève le doute quant à leur utilisation par les populations.

Obtenez un certificat de formation en 'cosmétiques faits maison et aromathérapie'

Les fournisseurs de cosmétiques made-in-Burkina

Les fournisseurs de cosmétiques made-in-Burkina faits à base de beurre de karité sont les groupements et associations de femmes transformatrices (YELEEN, BUAYABA, KARIBEL, LAAFI, GTPAA), quelques petites entreprises (SPH, KARIKIS INTERNATIONAL) et les unités artisanales de fabrication de cosmétiques pour la plupart dirigées par la gente féminine.

Les produits sont essentiellement vendus dans les alimentations, les supermarchés, les pharmacies, les hôtels, les foires et expositions. Il s’agit essentiellement des crèmes, des pommades, des huiles, des savons de toilettes et savons antiseptiques.

Les produits concurrents sont les cosmétiques fabriqués au Ghana, au Bénin et en Côte d’Ivoire qui foisonnent sur le marché national. Les produits made-in-Burkina sont facilement reconnaissables par le fait qu’ils sont majoritairement faits à 100% de beurre de karité bio produit au Burkina Faso.

Marchés potentiels à développer

Marché de masse national, sous régional :

  • Diversifier la gamme de produits et démarquer les produits par: une indication d’origine (norme NBF), un label (bio, commerce équitable, etc.), une marque commerciale protégée, un rapport qualité/prix intéressant pour le niveau de revenu des consommateurs visés, etc.,
  • Améliorer le conditionnement (volume, attrait, praticité, code couleur),
  • Communiquer sur le produit (propriétés, durée de conservation après ouverture),
  • Adapter le prix par rapport aux produits concurrents locaux/importés et s’assurer d’une mise en valeur en rayon «produits de soins corporels ».

Marché international (Europe, USA, Asie) :

  • Etablir des circuits formels avec des distributeurs de produits cosmétiques en direct et/ou via des grossistes fournisseurs de franchises spécialisées dans les produits de beauté, instituts, spas, etc.,
  • Développer les capacités de production suffisantes permettant de livrer de grandes quantités,
  • Pour les marchés asiatiques, il ya nécessité de traiter avec un importateur agréé.

Autres perspectives de positionnement des cosmétiques made-in-Burkina

Les cosmétiques made-in-Burkina sont à adapter aux habitudes de consommation et au pouvoir d’achat des consommateurs burkinabè et des pays de la sous-région consommateurs des cosmétiques made-in-Burkina.

L’amélioration du packaging des produits (conditionnement, étiquetage, codes à barre) et une meilleure communication sur leurs propriétés, leur durée de conservation après ouverture etc. sont indispensables pour une meilleure connaissance de ces produits par le consommateur.

La promotion des cosmétiques made-in-Burkina doit également passer par l’adaptation de leurs prix en tenant compte des produits concurrents importés du Ghana, du Bénin et de la Côte d’Ivoire.

Le professionnalisme et l’innovation des acteurs sont importants quant à la conquête du marché national et sous régional.

BAMBIO Z. François

X

Right Click

No right click