fbpx
Bananes

La banane fait assurément partie des fruits les plus consommés au Burkina Faso. La banane plantain dont la production est en expérimentation au Burkina Faso, est elle-aussi déjà bien entrée dans les habitudes alimentaires des burkinabè.

Le pays importe majoritairement de la banane plantain, vendue sur le marché burkinabè à raison de 1000 F.CFA les 7 bananes et parfois à 500 F.CFA pour 5 ou 6 bananes, selon les périodes.

L’importation d’un camion de banane plantain, tous frais confondus, peut coûter jusqu’à  4 500 000 F.CFA à Ouagadougou. Revendu au détail, cela peut rapporter jusqu’à 6 000 000 millions de F.CFA. La vente de banane est une activité lucrative pour les femmes au Burkina Faso.

Les importations de bananes en 2019

Les importations de bananes ont une tendance baissière depuis 2015, du fait de l’augmentation du niveau de la production nationale évaluée à 100.000 tonnes de bananes par an.

Les quantités importées de bananes (y compris les plantains, frais ou secs) sont passées de 6 904 tonnes en 2015 à 5 410 tonnes en 2019, soit une baisse de 21,6%. 

En termes de valeur, le montant dépensé par le Burkina Faso dans l’importation de bananes  en 2019 est égale à celui de 2015 pour  une quantité ayant chuté de 21,6% sur la même période, ce qui pourrait se traduire par un enchérissement du produit à l’importation.

Sur la période 2018-2019, les importations n’ont guère connu d’évolution sensible. Leur valeur s’est établie à  93,8 millions de F.CFA en 2019 pour 5410 tonnes de bananes importées contre  88,5 millions de F.CFA en 2018 pour 5 221 tonnes de bananes importées, soit une légère hausse  de 5% en termes de valeur.

Les importations de bananes en 2019 proviennent exclusivement de deux (2) pays dont la Côte d’ivoire et le Ghana.

La côte d’Ivoire reste le principal fournisseur du Burkina Faso en bananes  en 2019 avec une part de marché de 50,6% pour 2 568 tonnes de bannes écoulées sur le marché Burkinabè.

Le Ghana occupe la deuxième place  avec une part de marché de 49,4% pour 2 837 tonnes de bananes écoulées sur le marché burkinabè.

L’analyse de ces  chiffres indique un enchérissement de la banane importé de Côte d’ivoire par rapport à la banne importé du Ghana, toute chose qui se traduit par une progression de la part de marché du Ghana sur les cinq (5) dernières années. 

En 2015, la Ghana était loin dernière la Côte d’Ivoire avec seulement 27,7% de part de marché contre 60,4% pour la Côte d’Ivoire.  En 2019 on note une conquête plus accrue du marché par le Ghana dont la part de marché a atteint 49,4% contre 50,6% pour la Côte D’ivoire, soit un faible écart entre les deux pays.

Les Burkinabè semblent se tourner progressivement vers la banane importée du Ghana qui revient moins cher par rapport à la banane ivoirienne.

En dehors de la côte d’ivoire et du Ghana, le Burkina Faso s’approvisionne de façon irrégulière et pour des quantités dérisoires  auprès de pays comme la Chine, a France et le japon.

Des exportations de bananes encore timides

Le Burkina Faso exporte de la banane douce vers la France. Ces exportations sont irrégulières, de faibles volumes et parfois non quantifiables.

Des exportations de bananes vers la France ont été enregistrées 2015 et 2016 pour des valeurs de 6 559 700 F.CFA et 655 970 F.CFA respectivement.

D’autres pays de la sous-Région dont le Mali et le Niger s’approvisionnent également en bananes auprès du Burkina Faso pour de faibles volumes d’achats. En 2015, on estimait à 6000 tonnes le volume de banane écoulé vers ces pays.

Le commerce de la banane reste une opportunité intéressante au Burkina Faso.

BAMBIO Z. François, pour investir au Burkina.

Sources:

  • ITC calculations based on Direction Générale des Douanes statistics since January, 2007.
  • ITC calculations based on UN COMTRADE statistics until January, 2007.
X

Right Click

No right click