fbpx

Les mines constituent aujourd’hui un véritable pilier du développement au Burkina Faso.

Avec plus de 754 milliards de francs CFA d’exportation en 2012, l’or conforte sa place de premier produit d’exportation du Burkina Faso. 

Il a contribué pour environ 5% au produit intérieur brut de notre pays. Au 31 décembre 2012, les réalisations au titre de l’ensemble des régies de recettes s’élèvent à 188,69 milliards de francs CFA, soit 18,64% des recettes propres de l’année. A la fin de 2011, ces recettes se situaient à hauteur de 123,63 milliards de francs CFA, faisant ressortir un taux de progression de 86,90% en glissement annuel à la même période.

 Au-delà de ces chiffres, le Gouvernement burkinabè entend optimiser la contribution des mines pour en faire de véritables moteurs du développement local. C’est pourquoi, il s’engage à trouver une solution à la problématique de l’exploitation artisanale sauvage, incontrôlée des sites d’orpaillage qui dégrade l’environnement et utilise des produits chimiques très nocifs pour les hommes et les animaux. Les nombreux conflits nés des discordances entre les attentes des communautés riveraines et les engagements sociaux des sociétés minières devront trouver des solutions au sein des cadres de concertation régionaux du secteur des mines.

Le Gouvernement travaillera particulièrement à l’encadrement des projets avancés, à la diversification des ressources exploitées, à la mise en œuvre d’une politique d’exploitation des substances de carrières. Il s’attellera à poursuivre la cartographie géologique, et veillera au renforcement des capacités des administrations de suivi du secteur minier. Au plan législatif et réglementaire, la Déclaration de la Politique Minière, le Guide de l’Investisseur Minier et le Code minier seront relus pour prendre davantage en compte à la fois les intérêts socio-économiques du Burkina et les contraintes qui freinent l’épanouissement harmonieux du secteur minier.

Une synthèse de BAMBIO Z. François, pour Investir au Burkina

X

Right Click

No right click