fbpx
Burkina Faso location de bâtiments à usage de bureaux

Au Burkina Faso, le fort niveau de déconcentration de l’Administration publique a fait de l’Etat l’un des plus gros clients des rentiers immobiliers.

Malgré l’érection de ses nouveaux bâtiments « hôtels administratifs » dont le coût s’est élevé à 29,10 milliards de F.CFA en 2016, l’Etat manque encore de bâtiments en nombre suffisant pour abriter l’ensemble de ses bureaux et services.

Selon la Direction Générale des Affaires Immobilières et de l’Equipement de l’Etat (DGAIE), les demandes de bâtiments exprimées par les structures étatiques sont passées de 27 en 2019 à 50 en 2020, avec un taux de satisfaction de 85% et 52% respectivement pour 2019 et 2020.

Pour l’heure, l’Etat burkinabè demeure un client important pour les rentiers immobiliers. Il débourse chaque année une importante cagnotte d'argent au titre de la location immobilière à usage administratif.

L’Etat Burkinabè a dépensé 7,51 milliards de F.CFA en 2020 dans la location de bâtiments à usage administratif.

Les dépenses relatives aux baux administratifs consentis à l’Etat sont en effet passées de 5,12 milliards de F.CFA en 2016 à 7,51 milliards F.CFA, soit une augmentation de 46,68% avec un taux de croissance annuel moyen de l’ordre de 10,21%.

Les bâtiments loués par l’Etat sont destinés essentiellement à trois types d’usages. Il s’agit de bâtiments à usage de bureaux, de logement et à usage technique.

Un besoin crucial en bâtiments administratifs à usage de bureaux

Les dépenses de l’Etat pour la location de bâtiments à usage de bureaux sont passées de 5 milliards de F.CFA en 2017 à 6,16 milliards de F.CFA en 2019.

En 2020, les dépenses consacrées à la location de bâtiments à usage de bureaux ont représenté 96,25% du montant total des dépenses locatives de l’Etat.

Le portefeuille des baux administratifs de l’Etat est passé de 270 contrats en 2016 à 307 contrats en 2020, soit un taux de croissance annuel moyen de 3,34%.

Vu le nombre de plus en plus croissant de l’effectif des fonctionnaires et au regard des impératifs auxquels fait face l’Administration publique burkinabè, l’Etat multiplie les efforts pour l’amélioration continue du cadre de vie et de travail de ses agents.

Au titre des constructions de nouveaux bâtiments administratifs, les dépenses exécutées par l’Etat se sont élevées à 29,10 milliards F.CFA en 2016 ; 14,11 milliards F.CFA en 2017 ; 5,04 milliards F.CFA en 2019; puis à 3,75 milliards de F.CFA en 2020.

De 2016 à 2020, on enregistre une baisse de 87,11% des dépenses consacrées à l’érection de nouveaux bâtiments administratifs.

Cette baisse tendancielle des dépenses relatives aux nouvelles constructions de bâtiments administratifs s’explique par la mise en œuvre de la politique de construction des hôtels administratifs plus globalisant et pouvant abriter plusieurs ministères à la fois.

Par ailleurs, l’Etat effectue des travaux de réhabilitation de ses bâtiments administratifs en état de dégradation. Les dépenses liées auxdites réhabilitations sont passées de 2,70 milliards F.CFA en 2017 pour s’établir à 1,04 milliards de F.CFA en 2020.

Nonobstant tous ces efforts, on enregistre une hausse continue des dépenses consacrées à la location immobilière exécutées par l’Etat. De 3,5 milliards de F.CFA en 2013, le portefeuille des baux administratif de l’Etat s’est élevé à 7,51 milliards de F.CFA en 2020.

L’Etat burkinabè demeura sans doute et pendant longtemps encore l’un des plus gros clients des rentiers immobiliers.

BAMBIO Z. François, investirauburkina.net

Source : Direction Générale des Affaires Immobilières et de l’Equipement de l’Etat (DGAIE)