Mines Amara capitule, Riverstone, True Gold et Nordgold se repositionnent

En 2013, les recettes d'exportation d'or ont atteint 616 milliards FCFA pour une production de 32 tonnes d’or.

  •  
  •  
Amara capitule, Riverstone, True Gold  et Nordgold se repositionnent

Sur la période 2015-2017, les projections portent sur une production d'or de 50,4 tonnes en 2015, 52,3 tonnes en 2016 et 55,4 tonnes en 2017. Si le secteur minier joui d’une bonne santé, sur le terrain les sociétés minières font face à bien de difficultés.

Amara Mining Plc qui détenait à 90% le projet Kalsaka-Sega, couvrant 800 km2 dans la province du Yatenga, et qui a produit 42 348 onces d’or en 2013 et 31 030 onces d’or au premier semestre 2014, serait sur le point de déserter le Burkina Faso. La rigidité du système fiscal burkinabè serait la raison de ce départ. D’autres arguments sont la baisse drastique du cours de l’or depuis 2013 et les incompréhensions entre les sociétés minières et les services étatiques en charge de la collecte de l’impôt.  

Bien que certaines sources pronostiqueraient d’autres départs, la croisade de l’or se poursuit et, au nombre des projets annoncés figurent l’exploitation prochaine des mines d’or de Karma dans le Nord, de Houndé au centre-ouest, de Niankorodougou à l'ouest, de Batié dans le sud-ouest et la reprise de la mine d’or de Poura.

En décembre dernier, le gouvernement avait octroyé un permis d’exploitation industrielle de grande mine d’or à la société RIVERSTONE qui a commencé l'exploration au Burkina Faso en 2003 avec l'acquisition de la propriété Rambo. Plus tard, la Société a acquis des permis d'exploration supplémentaires dans tout le pays, Karma, Bissa-Est et Ligidi. Avec cette nouvelle extension, la teneur en or de l’ensemble des gisements de la société sont évalués à 1,7 millions d'onces d'or.  

A côté de Riverstone, la compagnie russe Nordgold va elle aussi étendre son exploitation de Bissa, au centre-nord du Burkina Faso. La société explore déjà une superficie de 42,1 Km2, située dans le village de Gougré, Commune de Guibaré. Mais cette année 2014, la compagnie a décidé de mettre le cap sur le gisement de Bouly dont la production démarrera en 2016 avec une  teneur en or d’1 million d’onces. Son gisement d’or de Bissa, en exploitation, indique une production de 130 000 onces à la fin 2014 et 160 000 onces en 2015.

True Gold Mining Inc, la minière canadienne, a elle aussi obtenu l’autorisation d’exploiter cinq gisements dans son projet Karma dont la teneur en or est estimée à 949 000 onces. En septembre dernier, le gouvernement a délivré à la société des permis d'exploitation pour les deux gisements d'or de Kao et de Nami. Avec cette montée en puissance, la compagnie détient à 90% le projet Karma sur lequel elle opte pour une mise en valeur low-cost, devant offrir 300 emplois permanents, et fixe à fin 2015 la première production d'or.

La canadienne SEMAFO, de son coté, consolide sa position. Elle a, durant le troisième trimestre de 2014, tiré 64 700 onces d'or de la mine de Mana et prévoie de lourdes installations pour booster sa production. Quant à l’australienne West African Resources, en avril 2014, elle avait annoncé un accroissement de 74% des ressources et, son projet Mankarga 5 dont l’exploitation débute en 2015 lui apportera 59 400 onces d'or/an pour les trois premières années et 44 100 onces d'or/an, pour le reste de la durée de vie du projet.

Pour ce qui est de Golden Rim Resources LTd, elle serait en bonne voie pour lever 3,025 millions de dollars pour financer l'exploration dans son projet aurifère Korongou au Burkina Faso.

Gryphon Minerals, l’autre australienne, va investir 97 millions de dollars pour la construction de sa mine de Banfora prévu pour démarrer en début 2016 pour un potentiel estimé à 826 000 onces d'or.

Avec cette pléthore de projets, le secteur minier burkinabè a incontestablement le vent en poupe même s’il faille régler quelques détails entre autorités burkinabè et compagnies minières.

Déjà, un nouveau code minier, en remplacement de l'ancien qui date de 2003, est  attendu avant la fin 2015 avec de nouvelles mesures incitatives. Aussi, le Gouvernement vient également d’adopté un projet de loi portant organisation de la commercialisation de l'or au Burkina Faso dont l’objectif est de regrouper et de compléter dans une loi unique les textes essentiels régissant les activités de commercialisation de l'or dans le pays, en vue de leur gestion saine.

 

Une synthèse de BAMBIO Z. François, pour investiruburkina.net
  •  
  •  
Dernières publications